Passer au contenu principal

Haïti: le séisme de 12 janvier 2010 : un mirage

< style="text-align: left;"> Le troisième anniversaire du séisme du 12 janvier 2010 est encore un moment pour jeter un coup d’œil rétrospectif sur cet hécatombe de la part de la nature. Ce jour mémorable nous a fait comprendre la profondeur et l'ampleur de la crise sociétale d'Haïti. Nous étions, de part notre culture de scandale, dans la grande majorité de la population, surpris par cette foudre divine. Le séisme, puisqu'il faut l'appeler par son nom, et pourtant, fait, depuis très longtemps, partie de l'histoire géologique du pays. Nous répétons comme des jako repèt (des perroquets) que Haïti est un pays montagneux, mais nos livres d'histoire ou de géographie ne nous ont jamais expliqué les raisons pour lesquelles le relief du pays est ainsi fait. Combien d'entre nous savaient que le pays avait connu plusieurs séismes avant celui-ci? Combien d'entre nous avaient entendu les appels répétés de Claude Prépetit et de Patrick Charles, respectivement en 1995, dans Le Nouvelliste, et Le Matin en 2008, et bien d'autres? Bien avant ces deux dates, déjà sur le règne de Jean-Claude Duvalier dans les années 80, des experts américains avaient déjà tiré la sonnette d'alarme.


Revenons trois ans en arrière et plongeons dans le décor et l'âme du pays durant le séisme et les semaines qui ont suivi ce désastre. À 16h53 la terre trembla. Prise au dépourvu, la population paniquait, courait dans toutes les directions comme des fourmis folles. Des gens qui se trouvaient en pleine rue, cherchaient un abri pour se protéger, peut-être, croyaient-ils que la foudre de Dieu arrivait et le seul issu probable serait de trouver un bâtiment où ils pourraient se sauver de l’Armageddon. Dans ce film tragi-comique, qu'on pourrait facilement imaginer, l'ignorance et l'inconséquence de deux siècles d'indépendance des élites s'étalaient au grand jour; la nature corrigeait le cahier de nos élites à la face du monde. Dans la trame de la tragi-comédie, l'acteur principal du moment, René Préval, avait disparu pendant 24 heures de l'écran de la scène nationale. Le président est réapparu, penaud, et déclarait à CNN : «My palace collapse!». Plus tard - longtemps après- il racontait qu'il était en compagnie de son Premier ministre, Jean Max Bellerive, sur deux motocyclettes distinctes en train d'inspecter les dégâts dans la capitale. Faut-il pleurer ou en rire? Rions plutôt! Pendant plus d'une semaine, le vide institutionnel était évident : le siège de facto du pouvoir se situait à la station de radio Signal FM et le chef de l'exécutif avait pour nom Steven Benoit. Déboussolée, la nation voguait à la dérive : ni la station de radio ni Steven Benoit ne voulait jouer ce rôle qui leur était tombé du ciel.

Avec le tremblement de terre du 12 janvier 2010 en Haïti, le concept de l'effondrement de l'État était devenu une réalité concrète pour le plus ignorant des individus des abstractions scientifiques. On pouvait dorénavant enseigner à des enfants de tout âge ce qu'on entend par l'État, et quand il n'existe pas. Aussi - paradoxe apparent- le concept de Nation jaillissait dans toute sa nudité : la solidarité inter haïtienne s'étalait dans la glaise du réel; des becs et des ongles, sans matériels appropriés, des individus portaient secours à leurs frères et sœurs emprisonnés sous les décombres. La limite de leur héroïsme se donnait avec une impuissance déconcertante, quand, en dépit de leur volonté, ils ne pouvaient voler au secours d'autres individus pris sous les amas de pierres ou de ferrailles, qui manifestaient leur présence et qui, faute d'aide, périssaient faute de moyens appropriés. Un nombre important de gens ont payé de leur vie l'inconséquence de deux siècle de gabegies. Du plus simple au plus honorable des citoyens, tout le monde était déboussolé. De là, la compréhension de l'ignorance généralisée de la société haïtienne était patente!

Qu'à cela ne tienne. Pendant les premières semaines, à la suite de ce désastre, tous les espoirs étaient permis quant à la sortie du modèle bi-séculaire d'apartheid social cette fois-ci en Haïti; une nouvelle direction de la barque nationale s'avérait nécessaire jusqu'à ce que René Préval se tournât vers la communauté internationale tout en méprisant toutes initiatives internes. Là, tout était devenu clair que cette catastrophe n'allait guère changer le redressement de la barque nationale vers des horizons meilleurs. À la table internationale, durant la première réunion, au Canada, l'attitude et le comportement de nos dirigeants étaient abjects : en pleine conférence, Préval appelait Bellerive pour lui dire de demander à la communauté internationale des tentes! Quelle inélégance! La République de bananes est à son paroxysme. En plus, les dirigeants ont abandonné, sans coup férir, sa prérogative de gérer l'aide massive promise par l'Internationale. Par ce geste, ils ont accepté, tacitement, qu'ils étaient incompétents et corrompus et ont accepté la tutelle renouvelée de cette communauté internationale par la formation de la CIRH (Commission Internationale pour Reconstruction d'Haïti) avec à sa tête le Proconsul Bill Clinton.



Trois ans après, les traces du séisme sont encore très fraîches. On dirait que la communauté internationale ne s'était jamais mobilisé sur le cas d'Haïti. On a peine à voir les traces de ces milliards ramassés à travers la planète. La CIRH présidée par Bill Clinton a accouché d'une souris. Encore 350 mille personnes vivent toujours sous les tentes. Les casques bleus de l'ONU nous ont amené -comme si c'était pas assez- le choléra pour amplifier nos malheurs. Entre temps, le pays a connu une élection qui a accouché d'un énergumène au nom de Sweet Micky qui nous plonge encore plus que son prédécesseur, René Préval, dans les fins fonds de la médiocrité. Sans vision, comme son prédécesseur, il nous en met à satiété de fêtes bacchanales à longueur de l'année. Pendant ce temps, les faibles mesures techniques de surveillance sismique mises en place, soit des GPS, subissent les contre-coups de l'insécurité par le vol des panneaux solaires pour leur alimentation. Le budget relié à ce secteur n'est même pas pris en compte dans le budget national, selon Claude Prépetit. Et pourtant, les risques sismiques sont énormes pour le Nord du pays d'après les experts.

Toujours dans cette même veine, aucune leçon n'a été tirée de cet événement, trois ans après. Les reconstructions anarchiques et sans le respect des normes parasismiques continuent de plus bel. Les mêmes choix de matériaux de construction continuent comme si le 12 janvier 2010 ne s'était jamais produit. L'insouciance des dirigeants est imbattable. La population est laissée à elle-même comme par le passé.

Si, durant la première année, il y avait une très mince espérance que les choses pourraient prendre une nouvelle direction, aujourd'hui l'espoir s'est transformé en désillusion, en amertume, en frustration et en déception. Aucun sursaut national de changement en profondeur ne vienne de nulle part; l'horizon s'est mué en mirage : l'espoir s'est perdu dans l'épaisseur des ténèbres. Il faut, pour paraphraser Gramsci-suite à Georges Anglade qui en faisait de cette expression sa traversée du désert dans son élan de voir un jour Haïti sortir de l'ornière de la misère- le pessimisme de l'intelligence et l'optimisme de la volonté pour croire en un sursaut de conscience citoyenne pour que ce pays remonte la pente, donc un miracle tout simplement...

http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=24009
http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2010-01-18/haiti-des-geologues-avaient-predit-la-catastrophe/924/0/414514
http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=112309
http://haiti-tribune.blogspot.com/2012/01/souvenir-du-seisme-du-12-janvier-2010.htm
http://haiti-tribune.blogspot.com/2012/01/haiti-deuxieme-anniversaire-du-seisme.html
This work is licensed under a Creative Commons license.


Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier toutes ces catégories sont stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui avalisait sa …