Passer au contenu principal

Le bon vieux peuple!

Kplim & Opont
Le 25 octobre 2015, j'ai entendu et lu que le peuple haïtien a étonné le monde. De quel peuple parlait-on? Les masses excluant l'élite ou le peuple pris dans sa globalité? Réaction émotionnelle comme on a le secret de ses extravagances factices. Le niveau intellectuel des masses est proportionnellement équivalent à la hauteur de ses élites. Toutes choses étant égales d'ailleurs, une élite éclairée, des masses éclairées; une élite rétrograde, des masses rétrogrades. Les dérives de la nation reflètent le niveau de élites: économiques, intellectuelles et politiques. Alors, pour que les masses nous étonnent, il faudrait que les élites soient éclairées. Tel n'est pas le cas chez nous.



Opont, Président CEP
Au lendemain de cette prouesse fantasmée, le désenchantement arriva comme un coup de tonnerre dans un ciel serein: bourrage d'urnes; bulletin fait sur mesure pour le PHTK; irrégularités de toutes sortes. Où est donc passé ce peuple qui étonnait la veille? L'envers du décor, le drame qui se jouait dans les coulisses, le bon vieux peuple figurant de cette satire électorale, rétif, a eu la sagesse d'être sobre: ni trop enthousiasme, ni trop optimisme; 30% ou moins de l'électorat. Et là encore. Si on enlève des morts du séisme que l'ONI(Office national d'Identification) n'a jamais purgés de la liste électorale. Le tsunami politique aura-t-il lieu?

Des voix se proclament unilatéralement vainqueurs de cette joute électorale: Jovenel Moise, Maryse Narcisse, Moise Jean Charles et Jude Célestin. Le bluff devient l'arme par excellence pour faire accroire et manipuler l'opinion publique comme cela a été salutaire durant les deux dernières élections présidentielles, soit Préval en 2006 et Martelly en 2010.  Cette élite de robe, sans créativité ni imagination, a l'esprit complètement obstrué. Elle ne vit que pour une bouchée de pain. La recette de gagner les élections par le béton, cette fois-ci, risque de créer une onde de choc frontale, car le festin a plusieurs convives et ses cohortes de coterie.

Pour illustrer cette infertilité intellectuelle, Marx faisait allusion à l'apprentissage d'une langue : le moment où l'on traduit de sa langue à l'autre et l'autre quand on ne se sert plus de sa langue pour communiquer dans la nouvelle langue. Nous ne sommes qu'au premier niveau:  le retour au bon vieux temps du contrat Mac-Donald du début du 20ème siècle, l'idéal dessalinien, l'idéal aristidien et l'idéal prévalien. Des notions creuses qui nous abêtissent, nous zombifient. Le pire des conneries, c'est quand on fait appel au mythe fondateur, aux héros, dans le seul but d'assouvir des intérêts mesquins sous le drapeau de la patrie commune. Laissons Dessalines et tout le reste dans leurs tombes, occupons-nous des problèmes criants qui nous accablent!


Ernst Jean Poitevien

Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier toutes ces catégories sont stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui avalisait sa …

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…