Passer au contenu principal

Qui suis-je?

Depuis plus d'un an, novembre 2011, je me suis intéressé systématiquement à la problématique haïtienne en formulant un certain nombre de questionnements qui me semblent être les pierres d'achoppement à la sortie d'Haïti de sa descente abyssale aux enfers. Par la recherche, je commence à mieux cerner les raisons pour lesquelles que ce pays, qui était le phare de la liberté par la geste de 1804, l'une des plus grandes révolutions, après celle de l'écriture, en forçant les puissances européennes à abandonner le paradigme du système esclavagiste, s'enfonce dans une crise permanente qui menace son existence même. En tant qu'Haïtien et, en second lieu, un membre de l'humanité, je ne saurais rester indifférent.

L'une des fractures qui empêche à ce pays d'évoluer est ce fardeau psychique que nous a légué le système esclavagiste : le colon a été catapulté hors de nos frontières physiquement mais il n'a jamais quitté notre psyché. La question du préjugé de couleur, et ses corollaires(disparités sociales, économiques, cultures, politiques), héritage du racisme européen, est le  nœud gordien de la problématique haïtienne. L'approche de cette question par quelques intellectuels haïtiens est carrément romantique, à l'exception de Michel-Rolph Trouillot et Leslie R. Péan. L'autre fracture, corollaire de la première, est le système d'éducation qui empêche à l'Haïtien de poser et résoudre ces problèmes cruciaux. Quand tu as appris à répéter les paroles du maitre comme de l'évangile, résoudre des cas complexes et originaux deviennent un trou noir, un casse-tête insoluble parce que la créativité n'y est pas. L'orthodoxie du système éducatif où les connaissances sont immuables, où tout est axiome car fondu dans le béton, alors si la réalité ne veut pas se conformer à la théorie, c'est la réalité qui est fautive mais non l'incapacité à formuler d'autres paradigmes...

Mes réflexions ne sont pas des paroles de l'évangile; ne prenez pas mes crachats pour de l'eau bénite. J'espère simplement que celles-ci susciteront le débat : que vous acceptiez ou infirmiez mes réflexions, vous auriez mobilisés vos ressources intellectuelles pour faire avancer le dilemme dans lequel se trouve Haïti. Le débat autour d'idées, et non de la personne, est ma seule préoccupation...



dmoz.org
Cherchez dans l'ODP
Actualité
Arts
Boutiques en ligne
Commerce
Formation
Informatique
Jeux
Kids & teens
Loisirs
Maison
Références
Régional
Santé
Sciences
Société
Sports
Open Directory Project at dmoz.org

Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…