Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages portant l'étiquette Arrestation

Martelly et Lamothe, deux cabotins dans un pays de corrompus

Je suis loin d'être étonné par la réaction de certains de mes compatriotes qui trouvent excessifs qu'une frange importante de la population soit pour la démission de Sweet Micky. Dans un sens, je les comprends. Oui, parce que le renversement des gouvernements pour un cric ou un crac, sans la poursuite d'un projet sociétal, est depuis longtemps un sport national dont on tire un plaisir démoniaque et mesquin. Par contre, l'argument que Martelly termine absolument son mandat me parait tout aussi excessif. Toutes les dérives démocratiques de Martelly et la gestion tapageuse de son Premier ministre Laurent Lamothe qui auraient dû être des évidences de la tendance autocratique du président et l'incompétence du Premier ministre, ne sont aux yeux de certains un pis aller et même, dans certains cas, une bénédiction divine.

Même quand les fautes de Sweet Micky sont impardonnables, soit par l'arrestation du député Arnel Bélizaire au début de son mandat ou la velléité de …

L’affaire Clifford Brandt : une velléité de rétablir l’ordre ou…

Permettez-moi, chers lecteurs, de partager avec vous mon opinion sur l’arrestation de l’homme d’affaires Clifford Brandt. Suite à un texte écrit par Leslie Péan qui met en perspective l’histoire de la famille Brandt, je me suis posé la question s’il fallait tout de go démoniser ou sacraliser les Brandt. L’histoire de ce pays nous amène à se questionner sur la véracité des accusations émises contre Clifford Brandt sans pour autant le dédouaner. En Haïti, on sait très bien que selon sa proximité du pouvoir, on jouit d’un certain nombre de privilèges; donc plus on s’en éloigne, plus on perd pieds dans les affaires, si ce n’est la dégringolade totale. On a qu’à se rappeler le cas de Clémard Joseph Charles, grand banquier, grand argentier, pendant quelque temps, sous le gouvernement de François Duvalier. Les exemples en ce sens sont légions. L’inconscient collectif haïtien représente de façon manichéenne la réalité par le couple Mulâtre/Noir en éludant les vrais rapports sociaux, les vra…

Martelly et Lamothe : La fourberie comme formule de gouverner

La déclaration, à l’emporte-pièce, du garde des sauts de la république, M. Jean Renel Sanon, devant la commission justice et paix du parlement, selon laquelle l’ex-commissaire du Gouvernement se serait trompé de bonne foi lors de l’arrestation du député Arnel Bélizaire, voulant ainsi justifier sa nomination comme juge de paix, est un véritable accroc à la démocratie haïtienne. En effet, l’indulgence de l’équipe au pouvoir pour les bandits notoires, dont Gaby Silencieux, nommé Délégué du nord alors qu’il est recherché par la police, en dit long sur leur complaisance envers ces malfrats. Pourtant, le locataire du Palais National fait très peu cas des récriminations de la société civile et de l’international; Il s’entête dans les nominations des personnages au passé très peu reluisant.
De plus, profitant de cette tribune de parle-menteur, le ministre de l’injustice a aussi remis en question les attributions du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), dont les membres ont finalemen…

Bilan de la présidence de Martelly

Plus de 6 mois se sont écoulés depuis l'investiture du président d’Haïti, Michel Martelly, et 2 depuis l'installation du gouvernement dirigé par le Premier ministre Gary Conille. Il serait hasardeux de tirer des conclusions définitives. Cependant, on ne peut s'empêcher de constater l’amateurisme et l'incompétence politique du chef du gouvernement puisque celui-ci a accepté de jouer un rôle effacé en acceptant d'être vassalisé par le chef de l'état, en l’occurrence Michel Martelly. Ce faisant la portée politique de sa fonction a été éludée. Oubliant du même que les projets du gouvernement ne peuvent être efficaces s'ils ne sont pas vulgarisés. La fonction du chef du gouvernement est purement politique, contrairement à ce que répète constamment le prédent de la République.

Il y a chez cette équipe les mêmes tares du duvaliérisme, soit l'art du tapage politique sans de résultats concrets. En effet, durant ces 8 derniers mois, on a entendu des déclarations…

Investir en Haiti sur fond de crise étatique

Le lancement de l'investissement
S'ouvre en Haïti aujourd'hui deux jours de forum sur l'investissement. Une importante délégation d'investisseurs étrangers et locaux se réunissent à l'hôtel Karine Convention Sous l'instigation de la Banque interaméricaine de développement (BID), la fondation Clinton et le gouvernement haïtien. Aussi, hier, le 28 novembre 2011, a eu lieu l'inauguration du Parc industriel du Nord, à Caracole. C'est une semaine où l'économie semble prendre le pas sur la politique. Erreur. Il ne faut pas oublier que la chambre des députés ne s'est pas encore prononcé sur l'arrestation illégale du député Arnel Bélizaire. Le sénat, quant à lui, a déjà noyé le poisson en rejetant le point f du rapport qui demandait l'interpellation du ministre de la défense et de l'intérieur. En dépit de la mise à nu du dysfonctionnement de l'appareil étatique.

La déficience de l'État et l'investissement
D…

Crise haitienne : Message du président à la nation

Trompe-l'oeil : la farce
Hier, le président d'Haiti, Michel Martelly a adressé à la nation un message pour remercier les sénateurs de leur décision de ne pas approfondir le conflit en passant l'éponge sur l'acte illégal perpétré par le président par l'arrestation du député Arnel Bélizaire le 27 octobre 2011 à l'aéroport Toussaint Louverture. Il demande du même souffle aux députés de sursoir sur leurs velléités d'approfondir le conflit et de suivre la décision de sagesse adoptée par les honorables sénateurs. Et, finalement, le chef de l'État appelle les deux autres corps du pouvoir (le législatif et le judiciaire) de s'asseoir afin de prendre des dispositions pour qu'une telle situation ne se répète plus. En outre, il a parlé d'une loi sur les finances en lien avec la décentralisation.
La ruse politique
À brule-pourpoint, tout cela semble élégant. Le président fait en termes voilés des excuses et demande à tout le monde d'oublier ce qui s&…

Haiti : la mascarade au Sénat

La mascarade, une fin appréhendée
Hier soir au sénat, la montagne a accouché d'une souris. En effet, le rapport commandé par le sénat était on ne plus clair sur la chaine des responsables, en particulier l'implication directe du ministre de la défense,  Thierry Mayard Paul et, par omission d'exercer leurs prérogatives de supérieur hiérarchique, le Premier Ministre, Gary Conille et le ministre de la justice, Josué Pierre-Louis. Ce dernier a donné sa démission avant même la séance d'interpellation. L'une des conclusions de ce rapport est cependant l'interpellation des deux autres dignitaires précités, le fameux point f de ce dernier. Néanmoins, avant que cela soit possible, il a fallu que le sénat l'approuve. Au cours du débat, les sénateurs Youri Latortue et Joseph Lambert ont proposé de rayer le point f. Le vote qui s'ensuit confirmera ce retrait. En conséquence, le Premier Ministre et le ministre de la défense l'a bel et bien échappé bel. Alors, …

Michel Martelly capitule

Velléités de rétablir l'Armée
Le président haïtien, Michel Martelly qui, quelques semaines auparavant, annonçait en grande pompe la restauration de l' armée le 18 novembre 2011, lors de la commémoration de la bataille de vertières de 1803, la dernière grande bataille contre les troupes françaises avant la proclamation de l'indépendance le 1er janvier 1804, dégonfle.


Quand la réalité rattrape le président
Finalement, il a décidé de nommer une commission civile qui dessinera le plan de la formation de cette armée. Sage décision enfin. En revanche, on est en droit de se demander où trouvera-t-il les fonds nécessaires pour la réhabiliter et la faire fonctionner, puisque 70% du budget de l'État est financé par la communauté internationale. En plus, il y a les sinistrés du tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui dorment encore à la belle étoile. Le président ne met-il les charrues devant les bœufs? Autrement dit, avec la capacité financière limitée d’Haïti et des problème…

Trames de l'arrestation du député

scénarii #1 à #3 de la saga de l'arrestation du  député Arnel Bélizaire.







Séance d'interpellation reportée

Eh oui, la séance d'interpellation du ministre de la justice et de son secrétaire d'état devant le sénat de la république est reportée pour le mardi 22 novembre 2011. La raison invoquée, c'est qu'il faut donner du temps à la commission d'enquête sur l'affaire de l'arrestation du député Arnel Bélizaire afin de faire la lumière sur les responsables de cet acte illégal.

A première vue, cela semble normal, car les sénateurs veulent agir selon les règles de l'art. Aussi, c'est une façon de rompre avec la tradition qui consiste  soit à faire des compromissions, soit à agir sur un coup de tête. Il est vrai que le fait de donner un vote de censure au ministre de la justice laisserait entier ce problème, d'un côté et, de l'autre, on ne saurait qui sont le ou les responsable(s). Par ailleurs, on ne pourra pas apporter des correctifs dans le fonctionnement des institutions de l'État. 
Cependant, il ne faut pas être d'un optimiste béat, car on n…

Qu'arrivera-t-il mardi le 15 novembre ?

Interpellation au sénat
Comme vous le savez, sans doute, ce mardi, les sénateurs devraient interpeller le ministre de la justice et son secrétaire au sujet de l'arrestation du député Arnel Bélizaire. Après tant de tergiversations, renvoi à deux occasions de cette séance, on est en bon droit de se demander qu'accouchera cette ultime séance du 15 novembre? Se tiendra-t-elle? Les sénateurs donneront-ils un vote de censure ou non? Finalement, y aura-t-il un autre report de ce vote? Tous les scénarios sont possibles.

Pronostique
Dans un pays où l'absence d'organisation est manifeste, on est livré aux humeurs des individus, dans ce cas des sénateurs. Prévoir les actions des acteurs politiques en Haiti, c'est prévoir les numéros de la loterie. Les sénateurs sont des électrons libres, leur comportement est imprévisible.

C'est dans ce contexte qu'aura lieu cette séance au sénat de la République. Le seul paramètre prévisible est l'attitude de la communauté inter…