Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages portant l'étiquette Gary Conille

Michel Martelly, le bandit légal

Dans deux articles*durant le mois de mars, j’ai brossé le portrait de la présidence de Michel Martelly sous sa forme la plus hideuse. Telle ne fut pas ma surprise quand la journaliste dominicaine, Nuria Piera , a révélé que le chef de l’état haïtien aurait reçu du sénateur dominicain, Félix Bautista, la rondelette somme de 2.5 millions de dollars en plusieurs versements pendant et après la campagne présidentielle de 2010-2011. Je n’ai pas été  non plus surpris de sa contribution à la campagne de Mirlande Manigat, l’adversaire malheureuse de Michel Martelly dans cette élection.

Un certain nombre de comportement ou d’actions du président de la République laissait entrevoir que le changement qu’il prônait durant la campagne électorale n’était que de la bouillie pour les chats. Si vous vous rappelez bien il ne ratait pas une occasion pour fustiger le gouvernement de l’ancien Premier ministre de Préval, Jean Max Bellerive, et Préval lui-même en parlant de Conseil électoral de Gayot Dorsain…

La démission du Premier ministre haitien Gary Conille

La démission de Gary Conille ne surprend aucun observateur attentif de la scène politique haitienne. Le Premier ministre, dès le début de son entrée en fonction, avait clairement un titre honorifique : infantilisé par le président Michel Martelly qui, lors l'investiture de celui-ci, démandait aux journalistes de le laisser tranquille pour s'occuper de problèmes administratifs, tandis que lui s'occuperait d'interagir avec eux pour leur servir matière à des nouvelles piquantes. Dans deux articles écrits au courant du mois de décembre nous avons relevé un certain nombre d'incongruités entre le rôle politique Gary Conille et celui que lui attribue le chef de l'état. De plus, aucun des ministres ou secrétaires n'a été choisi par le chef de la primature.

Le pouvoir insignifiant du Premier ministre, comme on l'a vu, était évident dès sa nommination. On disait à la blague que celui-ci n'avait même pas le pouvoir d'un caporal. Ces dernieres semaines, ave…

Bilan de la présidence de Martelly

Plus de 6 mois se sont écoulés depuis l'investiture du président d’Haïti, Michel Martelly, et 2 depuis l'installation du gouvernement dirigé par le Premier ministre Gary Conille. Il serait hasardeux de tirer des conclusions définitives. Cependant, on ne peut s'empêcher de constater l’amateurisme et l'incompétence politique du chef du gouvernement puisque celui-ci a accepté de jouer un rôle effacé en acceptant d'être vassalisé par le chef de l'état, en l’occurrence Michel Martelly. Ce faisant la portée politique de sa fonction a été éludée. Oubliant du même que les projets du gouvernement ne peuvent être efficaces s'ils ne sont pas vulgarisés. La fonction du chef du gouvernement est purement politique, contrairement à ce que répète constamment le prédent de la République.

Il y a chez cette équipe les mêmes tares du duvaliérisme, soit l'art du tapage politique sans de résultats concrets. En effet, durant ces 8 derniers mois, on a entendu des déclarations…

Haïti is open for business

Martelly sur tous les fronts
Cette semaine, Haïti a connu une effervescence en ce qui a trait aux projets d'investissement, soit par la conférence de deux jours à l'hôtel Karibe où s'est réuni environ 500 investisseurs étrangers afin de leur présenter les opportunités qu'offre le pays. Le Lundi 28 novembre, c'était l'inauguration du Parc industriel du Nord. Lors de la conférence, le gouvernement a annoncé la création d'un guichet permettant aux investisseurs d'enregistrer leurs entreprise à l'intérieur de 10 jours. Deux jours plus tard, Michel Martelly accompagné d'une forte délégation gouvernementale, s'envolait pour Caracas, la capitale du Venezuela au sommet des Chefs d'État et de gouvernement de la Communauté des États latino-américains et caraibéens (CELAC). Le président ne chôme vraiment pas.

Une rupture libératrice
Que l'on soit pro ou contre Martelly, une chose est sûre, il est en rupture dans son approche du développement …