Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages portant l'étiquette amateurisme

Grammaire de la pensée philosophique haïtienne(2 de 5)

Dans la recherche des causes de notre retard et pour mettre au point cette grammaire de la pensée haïtienne, nous sommes tombé sur un article de Matts Lundahl où Jean Jacques Honorat, agronome et économiste, affirme que le développement du pays doit passer par le mysticisme. La pensée magico-religieuse à son summum de la bêtise cognitive.



He(Honorat) argues that Third World man must strip the Western world of experimental analysis to 'retablish the fertile unity of knowledge and the indispensable union of man with the universal being. He claims furthermore that recent developments in Western science appear to be leading to a total revision of thinking.The exemeples he quotes are frightening : the alleged psycho-kinetic faculties to move objects by mental exercices only, or to provoque chemical reaction by means of cerebral waves, psycho-galvanic measurements of the spiritual life of vegetal à la scientologis Ron Hubbard and parapsychology in general. Honorat goes on to alleg…

Haïti, pourquoi la commémoration du séisme!

L'espoir s'est changé en déceptionQu’est-ce qui a bien changé suite au séisme du 12 janvier 2010? Absolument rien. Il fallait s’y attendre mais notre attachement à ce pays peut nous éluder le caractère foncièrement délétère des élites. Cependant nous avions crû, heureusement pas plus que deux semaines après cet hécatombe, que quelque chose  pourrait changer dans ce pays jusqu’à ce que Préval soit sorti de son mutisme, que les ONG envahissent Haïti et que le naturel revienne au galop, donc le chacun pour soi primaire, qui se traduit par le mépris du plus grand nombre de nos élites et que le peuple subsume par mimétisme admiratif. A la conférence de Montréal, à peine quelques mois après le séisme, où, en pleine conférence, Préval appelait Jean Max Bellerive pour quémander des tentes, l’inélégance de ce geste nous a abasourdi et gêné au point  d’avaler, soudainement, toute notre fierté de peuple qui a réalisé l’une des prouesses la plus grandiose de l’humanité en la geste de 1804…

L’état de droit cessera-t-il un jour d’être un vœu pieux en Haïti?

Comme à l’accoutumée, je me fais toujours un point d’honneur de formuler à mes amis, à mes proches et à mes compatriotes mes vœux les meilleurs pour chaque nouvel an. Mais cela fait plus de deux semaines que je me questionnais si, oui ou non, je maintiendrais cette bonne habitude.
De prime à bord, je me suis dit que cela ne vaudrait absolument pas la peine. Plus les jours passent et plus ils se ressemblent, car ce sont les mêmes maux, les mêmes bévues et les mêmes visages qui déferlent la chronique dans le pays. Mais lorsque mes réflexions se sont convergées vers les quelque rares moments démocratiques, qui dénotent certaines vertus de l’application de l’état de droit, dont j’en suis témoin sous d’autres cieux, je me suis donc évertué à ne pas baisser les bras, car l’écriture est mon exutoire où je traduis en mots mes frustrations, mes déboires, mes douleurs, quand je pense aux comportements infâmes de nos hommes et femmes politique haïtiens, il y a des lustres.


La classe politique…

Haïti : sortir de l’impasse

Laurent Lamothe comme Premier ministre et Michel Martelly en tant que président d'Haïti Sont l'expression de la déconfiture, du pourrissement de la société haïtienne. Ce n'est pas un hasard qu'on a le GRAHAN (Groupe de Réflexion et d'Action pour une Haïti Nouvelle). D'ailleurs, pour la réflexion c'est nulle : la réflexion sans la pensée vu la complexité de la problématique haïtienne - d'ailleurs, tout problème doit être dialectiquement posé- amènerait inexorablement à un problème de méthode; pour l'action, les démarches de cet organisme amèneraient inéluctablement à l'impasse; Pour une Haïti nouvelle n'est pas nécessairement une nouvelle Haïti. Si le pays devient une bordel, ce sera une Haïti nouvelle; en revanche, une nouvelle Haïti, ce sera un pays où on aura rompu les liens d’inéquité, d'exclusion de la majorité de nos compatriotes. Un problème mal posé devient une impasse.

Le développement endogène est possible en Haïti

Les rendez-vous manqués avec l'histoire ont été nombreux, mais je tiens à partager avec vous l'un qui n'a été mentionné ou trop peu, soit celui de la première caisse populaire haïtienne à Montréal. À regarder les choses aujourd'hui, on peut comprendre les nombreux autres rendez-vous manqués avec l'histoire, en particulier en 1946 avec Dumarsais Estimé sur le paiement de la dette aux américains, sur lequel aucune étude sérieuse n'a été faite. Quand l'émotion prend le pas sur la raison, trop souvent d'ailleurs, le résultat d'une Haïti qui se meurt n'est pas un hasard. L'intellectuel, ou soi-disant tel, est un toutiste. Il se croit le droit de se prononcer sur tous les sujets sans avoir même de connaissances parcellaires.