Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages portant l'étiquette conflit

Lettre du sénateur Steven Irvenson Benoit

Port-au-Prince, le 9 août 2012 Son Excellence
Monsieur Michel Joseph MARTELLY
Président de la République
Palais National

Excellence,

Une fois de plus, j’ai l’honneur de m’adresser à vous en tant que responsable de la bonne marche des institutions républicaines de ce pays, et du bon déroulement de son processus démocratique. J’espère donc que vous recevrez cette correspondance dans un esprit d’ouverture pouvant faciliter un dialogue pacificateur et stabilisateur qui nous permettra de réussir la traversée de la conjoncture actuelle.

Quelques antécédents

Permettez que je vous rappelle qu’en avril 1997, lors des élections devant justement permettre le renouvellement du tiers du Sénat, les résultats du 1er tour ont été contestés avec tant de virulence que les deux (2) Sénateurs élus n’ont jamais pu prêter serment. Quant au 2ème tour il n’eut jamais lieu. Résultats décriés, Conseil électoral provisoire décrié tout autant. 

En mai 2000, le pouvoir en place avait tenté de rafler tous les sièges du P…

CHRONIQUE D’UNE CRISE ÉLECTORALE ANNONCÉE

Après tant de levée de boucliers suscitée par le choix incommode des représentants du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), menant à la formation du Conseil Électoral Permanent, le président s’est vu contraindre, par la montée des protestations tous azimuts, d’inviter les protagonistes de la crise à la négociation. Mais il lui était impossible de faire passer la pilule amère du Conseil Électoral Permanent fortement contesté. Il mit abruptement fin aux pourparlers, car la détermination des participants était plus grande qu’il ne l’avait cru. Ils ne sont pas dupes. Ils ont défendu la prééminence du droit et le respect scrupuleux des lois portant sur la création du conseil. À cette fin, ils prônent, pour la plupart, un Conseil Électoral Provisoire pour dénouer l’impasse politique actuelle. Une telle alternative n’a malheureusement pas reçu l’aval du chef de l’État. Mais à quoi bon d’initier un dialogue dont les résultats sont attendus et connus d’avance?

Plusieurs données expl…

Lettre ouverte au Président Michel Martelly du Docteur André Morno

Monsieur Michel Joseph Martelly
Président de la République d’Haiti
Palais national
Son Excellence Monsieur le Président,
Je suis André MORNO, médecin anesthésiologiste, membre de l’association médicale américaine, diplomate de la Société américaine d’anesthésiologie-Fellow du Collège américain d’anesthésiologie. Je pratique dans le pays depuis 1980 après de longues années aux États-Unis et au Canada. J’ai dispensé des cours tant à l’Université d’État d’Haiti qu’à l’Université Notre-Dame d’HaIti où j’ai participé à la formation de plusieurs générations de médecins. Dans ma vie je n’ai jamais été l’objet de poursuites judiciairies.

Les faits:
A mon retour au pays, j’ai fait l’acquisition en 1988 d’une proprieté à Péguy-Ville. En 1994, sur cette propriété, avec des ressources provenant de la vente de ma maison aux États-Unis, de deux prêts de la Sogebel, et d’une ligne de crédit de la Sogebank, j’ai construit sept appartements pour préparer ma retraite. Je vis dans l’un de ces appart…

LE CSPJ RATERA-T-IL SON RENDEZ-VOUS AVEC L’HISTOIRE?

L’opinion publique haïtienne est accoutumée avec les sempiternelles histoires de pots-de-vin qui altèrent profondément toutes les composantes de la société haïtienne. Cependant, la corruption et la mainmise des hauts fonctionnaires ont atteint son apogée, après l’avènement au pouvoir de M. Joseph Michel Martely, dû au manque de vision à long terme du gouvernement. D’aucun pensait que le gouvernement Martelly-Lamothe était de bonne foi lorsqu’ils ont manifesté leur volonté de finir avec le cycle infernal des institutions provisoires dont le Conseil Électoral, et de consolider l’indépendance du pouvoir judiciaire. Le sort en est jeté!

Malgré les nombreux scandales qui ont éclaboussé le système judiciaire dans le passé, on se croirait à l’abri des supercheries d’une fonction publique gangrénée, après l’entrée en fonction des membres du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ). Mais l’histoire vient de nous prouver le contraire. En effet, les organisations de la société civile, l’Ass…

Les affres de nos ressortissants haïtiens à Saint-Domingue

Depuis belle lurette, la république voisine, avec qui Haïti partage l’ile, n’a jamais raté l’occasion pour moderniser ses appareils de production et, du même coup, se donner les moyens pour prendre le virage de la modernité : le développement d'une industrie sucrière qui va utiliser la main-d’œuvre haïtienne laissée à elle-même; le choix de décision financière judicieuse, telle que le moratoire sur sa dette pendant qu'à  peu près à la même époque le président Dumarsais Éstimé décidait de payer dans sa totalité la dette nationale auprès des Américains. Pendant ce temps, des paysans haïtiens s'en vont de l'autre côté de la frontière travailler dans des conditions infra-humaines. D'un côté, des dirigeants qui pensent le bien-être collectif, de l'autre la satrapie qui pense à s'enrichir personnellement au dépens de la richesse collective : la posture nationaliste, le rappel des hauts faits d'armes des ancêtres n'a été qu'une fameuse formule de sure…

Le maire de Port-au-prince s’oppose à Sweet Micky

Le maire de Port-au-Prince, Jean-Yves Jason, a été démis de ses fonctions par le président Michel Martelly par arrêté du 23 février 2012 et remplacé par Gabrielle Hyacinthe comme président, Jean-Marie Descorbett et Junior Gérard Estimé en tant que membres. Comme c'est monnaie courante dans le reste du pays, depuis l'arrivée de Sweet Micky à la tête du pays, les révocations arbitraires des cartels des pouvoirs municipales. Très récemment, à Jacmel, le sénateur Edwin Zenny, proche du chef de l'état, a procédé arbitrairement au remplacement du cartel de la mairie de cette ville.

Hier, dans une conférence de Presse, Monsieur Jason s'est dit opposé à la décision de l'exécutif de renvoyer son cartel. Le maire affirme que ce dernier n'a aucun pouvoir légal ni morale de prendre une telle décision. De ce fait, il rejette du revers de la main cette décision à l'emporte-pièce. Le premier citoyen de la ville de Port-au-Prince s'est dit victime de ses positions con…