Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages portant l'étiquette société civile

Jacky Lumarque pris dans les filets de Préval

Ce qui m'a bien fait rire hier, c'est la pétition de 150 personnes bien connues et prestigieuses de la société haïtienne, parmi lesquelles Mirlande Manigat, Jean Marc Bellerive, Rév. Père William Smarth, Yanick Lahens. Vous allez sans doute vous dire tout de go qu'il n'y a rien de cocasse là. Et pourtant si vous gratter, vous allez voir le galimatias. La première des cocasseries, c'est Mirlande Manigat. Elle qui ne croit pas dans ce processus, qui s'est mis en réserve de la République, voilà qu'elle signe une pétition pour la réintégration de Jacky Lumarque dans la course électorale. Se moque-t-elle de Lumarque ou elle était en panne de rire? S'il est vrai que ce dernier a été sorti de la course illégalement par le CEP, que cette mesure est injuste, mais il faut croire qu'il n'est pas le seul à la subir, car Gérard Mathurin a été écarté de la course au sénat dans des circonstances assez similaires, et bien d'autres encore.
Quand on jette un …

Société civile : vache à lait des élites-croupion

Comprendre le concept de société civileSuite à mon premier article sur la société civile, je me croyais faire le tour de la question de façon simple et concise. Je croyais avoir mis l’accent sur les aspects constitutifs de ce concept, dont André Corten trouve polysémique mais que je trouve moins flou dans la mesure où il est bien circonscrit dans le temps, il est apparu avec le capitalisme, et l’espace, au contour  assez bien défini, dans les pays développés. Si on se réfère à Karl Polanyi dans son livre La grande transformation où il montre clairement que la société marchande, qui deviendra plus tard capitaliste, a provoqué la cassure de toutes les solidarités des sociétés traditionnelles :  économiques, sociales, etc. Marx traduisait cette idée de façon lapidaire en disant que le travaillggeur était devenu libre parce qu’il n’avait d’autres choix que de vendre sa force de travail. Cette liberté, qui n’est qu’un euphémisme- parce que c’est du fait même qu’il a abandonné son lopin de…

De la société civile en Haïti

Qu'entend-on par société civile? Existe-t-il une société civile en Haïti? Voyons ce qui se cache derrière ce concept. Par société on entend un groupe d'individus liés par un réseau de relations émotives et pratiques. En général, un mythe fondateur soude tous ces individus entr'eux. Viendra ensuite l'État en tant qu'entité politique qui plane, pour l'essentiel, au-dessus de la mêlée. Il est l'aspiration des élites dans ses divers segments et aspirations. La lutte pour l'orientation du corps social vers une destinée, en général et idéalement, radieuse. Par civile, on l'entend par opposition au pouvoir politique, c'est donc la frange de la société qui ne joue de rôles de gestion ou d'administration des affaires de la cité. Les manifestations de cette société civile se traduisent par des groupes d'intérêts, de pression, etc. Une morale publique qui vient définir l'acceptable de l'inacceptable dans l'intérêt général, en substance…

Haïti, des élites malades de leur culture

Il n'est pas interdit à qui que ce soit de faire son choix politique. En Haïti, en particulier, où la misère prolifère, il est compréhensible, même quand il est odieux, qu'une frange importante de notre prétendue élite nous assomme de quelques âneries digne des plus basses idioties. C'en est une insulte à l'intelligence qu'un bipède doté de la faculté de penser fasse la promotion de cette fourberie appelée TI MANMAN CHERI. Que Laurent Lamothe répète ses sottises comme quoi c'est un programme social, il a le droit de baigner dans ses bêtises mais que des gens minimalement éduqués singent ce dernier ne fait que prouver l'ambiance de médiocrité qui existe dans ce pays. Ne doit-on pas conclure tout de go que la société civile ne peut être qu’un vain mot en Haïti? Haïti n’est-elle pas purement et simplement une société pré-politique ?

Les programmes sociaux n'existent, dans un premier temps, pour pallier les effets néfastes du marché; dans un deuxième temps…